Info Manifestation à Beyrouth contre Uber et Careem

JVTC

Membre très connue
23 Oct 2019
18
31
20
UBER CAREEM.jpg



Les unions et syndicats des transporteurs publics terrestres du Liban ont organisé mercredi matin une manifestation à Beyrouth afin de protester contre les applications de partage de véhicules Uber et Careem qui travaillent, selon eux, "de manière illégale".
Les conducteurs de taxis, services et bus se sont rassemblés au rond-point dit "Cola" (dans le sud de Beyrouth), d'où ils sont partis avec leurs véhicules jusqu'au ministère de l'Intérieur, quartier Sanayeh, rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Ils protestaient contre "les répercussions sur les conducteurs de véhicules publics de l'emploi d'Uber et Careem, qui travaillent illégalement".

Les manifestants se sont ensuite rendus jusqu'à l'avenue Béchara el-Khoury, où se trouve le siège de la société Uber.
Là, un manifestant a réclamé "la fermeture des bureaux d'Uber au Liban, parce qu'il s'agit d'une société américano-sioniste qui a dévoré le monde entier". "Nous avons envoyé une lettre au Premier ministre Saad Hariri et à la ministre de l'Intérieur Raya el-Hassan, par l'intermédiaire du président des syndicat du secteur des transports terrestres, pour réclamer la fermeture d'Uber au Liban", a ajouté cet homme. Il a affirmé que les deux fournisseurs de service de transport via une application téléphonique "ont ôté le pain de la bouche des chauffeurs" de taxi et de service, dans "une situation économique difficile que tout le monde connaît". "Si les responsables ne réagissent pas à nos revendications, nous prendrons des mesures d'escalade", a-t-il mis en garde.
Selon le directeur régional d'Uber pour le Moyen-Orient, Anthony Khoury, cité en juillet 2018, 2 500 chauffeurs travaillent pour la société au Liban et transportent 55 000 usagers. Les applications de type Uber sont populaires au Liban, étant moins chères et plus pratiques que les taxis.


JVTC pour YASSIR HNA
 
Vous avez oublié votre mot de passe ?